Marie Larcher

Nom du projet :

Parc écothérapeutique – Ferme Peyrat

Description du projet :

S’inscrivant dans les différents enjeux politiques actuels et futurs (Plan d’action santé environnement de la Nouvelle Aquitaine 2017-2020, Plan Régional de Santé d’Aquitaine 2018-2027, loi sur la biodiversité du 8 aout 2016 ainsi que l’Agenda 21 de Gironde), l’association Hortanimus s’est associée aux bureaux d’études Environnement XM et Biodiv’AirSanté pour mettre en place un projet pilote dans le Médoc : la conception et la création d’un parc écothérapeutique de 1,2 hectares à Saint-Laurent-Médoc.

Ce projet de parc écothérapeutique, au sein du futur parc naturel régional du Médoc a pour principal objectif de mieux comprendre les effets positifs du paysage sur le bien-être des hommes, à des fins thérapeutiques. L’étude sera élaborée en collaboration avec des structures publiques et privées de divers domaines (santé, écologie, paysage). Cette étude accueillera 80 participants (moitié hommes, moitié femmes) ayant des maladies liées au stress (burn-out, addictologie, troubles de la fertilité) qui seront divisés en 2 groupes (étude et témoin).

Le groupe d’étude suivra un protocole précis adapté selon la pathologie et sera observé durant 4 ans. Nous réaliserons deux suivis : un suivi clinico-sociologique et un suivi écologique afin de voir si la création du parc a également un effet sur la biodiversité locale. Avec ce projet, nous espérons démontrer et quantifier les effets positifs de l’utilisation du paysage dans l’amélioration de l’état de stress des patients et donc dans leur état de santé. Cette expérience sera partagée pour mettre en lumière un autre moyen de gérer et valoriser la biodiversité locale, et ainsi mieux la protéger.

Objectifs du projet :

Nous avons des objectifs basés sur les trois piliers du développement durable :

  • Au niveau de la santé (société) :
    – Faire une étude scientifique pour mieux comprendre les effets et mécanismes de l’écothérapie.
    – Aider les participants à atteindre et à maintenir un état de santé optimal compatible avec leurs besoins.
    – Favoriser l’autonomie des participants par la reprise d’activités habituelles et la réhabilitation cognitive.
    – Favoriser la médecine intégrative (écothérapie, médecine alternative complémentaire et médecine conventionnelle) afin d’augmenter l’efficacité des traitements médicaux.
  • Au niveau de l’environnement :
    – Étudier l’impact du parc sur la biodiversité locale.
    – Sensibiliser le public à la biodiversité locale.
    – Sensibiliser le public aux enjeux de santé environnementale.
  • Au niveau de l’économie locale :
    – Redynamiser l’économie locale en faisant de l’écotourisme et en popularisant le parc écothérapeutique.
    – Développer des emplois locaux pour l’aménagement et l’entretien du parc afin d’essayer de contribuer à la diminution du chômage dans le Médoc (20% selon l’INSEE en 2015).
    – Développer des micro-formations sur l’écothérapie et les médecines alternatives complémentaires pour que les acteurs du médoc puissent s’impliquer durablement dans ce type de projet.