Mathilde Gassies

Nom du projet :

Projet récupération d’eau

Description du projet :

En dépit de l’aridité du pays, le Burkina Faso est régulièrement touché par des pluies abondantes, voire torrentielles. Ayant régulièrement constaté au cours de nos trois missions annuelles que les Burkinabés n’exploitaient pas cette ressource, nous avons décidé de nous focaliser sur ce potentiel pour permettre à nos écoles d’avoir un accès à l’eau.

La récupération se fait à l’aide d’impluviums. Ce sont des systèmes simples permettant à l’eau de cheminer dans des gouttières avant d’être stockée dans une grande citerne. Les premières eaux – trop sales pour être utilisées – sont stockées dans un contenant à part. À mesure que la pluie tombe et que le premier réservoir se remplit, l’eau est redirigée vers la citerne centrale d’une capacité de vingt mètres cubes.

Toutefois, à ce stade là, l’eau récupérée est encore loin d’être potable. Pour l’assainir, nous envisageons l’achat de carafes LifeStraw Community fabriquées par l’entreprise Vestergaard. Ces appareils présentent des atouts de taille et ont l’avantage de s’inscrire dans la dynamique de développement durable. En effet, ces carafes filtrent l’eau grâce à des techniques d’ultrafiltration carbone et ce, sans électricité ni produit chimique ! Seul un nettoyage ponctuel et élémentaire est nécessaire pour préserver la qualité de la filtration. Ces carafes sont autant écologiques, efficaces que résistantes : tout en ayant une durée de vie avoisinant les quatre ans, les filtres détruisent 99,99% des bactéries et des virus. Lorsqu’elles seront trop usées, nous les ramènerons en France et les remplacerons entre nos trois missions sur place.

Ainsi, l’eau filtrée et collectée dans la citerne centrale permettra d’assurer une hydratation saine des enfants et des enseignants de nos écoles, tandis que les eaux “sales” de la première citerne seront destinées à nos projets annexes. C’est notamment le cas de nos poulaillers et de nos jardins pédagogiques qui pourraient grandement bénéficier de cette nouvelle source d’eau.

Objectifs du projet :

Lors de chacune de nos missions, nous pouvons constater de manière effective les observations faites par l’ONU: « les pénuries d’eau ou la mauvaise qualité de celle-ci (…) ont un impact négatif sur la sécurité alimentaire, sur les choix de vie et sur les chances en matière d’éducation pour les familles pauvres ». Par exemple, nous avons remarqué que dans notre maternelle de Sarfalao les enfants n’avaient pour toute la journée que l’eau apportée le matin par l’institutrice. Cela représente donc environ dix litres que doivent se partager trente enfants pour une journée dont la chaleur moyenne s’élève à trente degrés. Ne pouvant y rester indifférent, Schola Africa désire aujourd’hui s’impliquer dans le sixième objectif de développement durable de l’ONU, à savoir « garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau ».

Afin d’améliorer les conditions d’étude et de vie des élèves scolarisés dans nos écoles, nous souhaitons leur offrir un accès à de l’eau saine à proximité de leur lieu d’étude.
Dans la région, les puits traditionnellement construits se trouvent rarement à proximité des écoles ou même des villages dans lesquels vivent les populations. En outre, du fait d’un important réseau mafieux sévissant dans ce secteur, les puits ne restent fonctionnels que brièvement car de nombreuses pièces sont défectueuses ou, plus grave, ils sont volontairement localisés dans des lieux peu adéquats. Quant aux infrastructures d’épuration, elles sont inexistantes dans la région.

Le projet Impluvium doit donc permettre de pallier chacun de ces problèmes en offrant aux élèves et aux professeurs une solution de proximité et de qualité.

Avec le projet Impluvium, nous souhaitons faire en sorte que le droit d’accès à l’eau potable soit une réalité pour les élèves de nos écoles. L’objectif est que ces derniers ne tombent plus malades et que l’eau ne mettent plus en péril leurs capacités de concentration et d’apprentissage. Nous nous attendons ainsi à une baisse significative du taux d’absentéisme dans nos écoles et corrélativement à une amélioration des résultats.

De manière plus générale, nous nous attendons à des retombées positives sur l’ensemble du village qui pourra bénéficier de cette eau traitée.

Liens du projet :