Nelly Chavassieux

Nom du projet :

Solidarité pour une Meilleure Santé

Description du projet :

Pharma Lyon Humanitaire est association d’étudiant en pharmacie régie par la loi du 1er juillet 1901 qui existe depuis 2001.

Nous portons un projet de solidarité internationale, dans le domaine de la santé publique.
Nous travaillons plus particulièrement sur les maladies non transmissibles cardiovasculaires, qui sont en constant développement depuis quelques années au Burkina Faso.

Ainsi, nous mettons en place une campagne gratuite de sensibilisation et de dépistage du diabète de type 2 et de l’hypertension artérielle. Cette campagne se déroule chaque année depuis 3 ans pendant 2 semaines lors du mois d’août, dans 2 villages ruraux de la région du Kourritenga (la région peut être amenée à changer).

Ce projet a été co-créé, en étroite collaboration avec le CEPHarm-BF (Club des Etudiants en Pharmacie du Burkina Faso), qui est notre équivalent burkinabé.

À côté de cela, nous apportons une aide financière aux Centres de Soins et de Promotion Sociale (CSPS) avec lesquels nous travaillons, et aidons ainsi à financer des rénovations d’infrastructures urgentes, et du matériel médical de première nécessité.

Objectifs du projet :

  • Faciliter et promouvoir l’accès à la santé et aux soins au Burkina Faso. En effet, particulièrement dans les zones plus rurales, les centres de soins se font plus rares, et sont dirigés par des infirmiers. Les campagnes de prévention sont peu fréquentes, car demandent une mobilisation humaine, logistique et financière conséquentes.
  • Permettre l’accès de la population à une meilleure connaissance des deux pathologies non transmissibles que sont le diabète de type II et l’hypertension artérielle.
    Lors de notre campagne, nous commençons chaque matin par une sensibilisation de trente minutes, et abordons les signes cliniques, les complications, les facteurs de risques, ainsi que les moyens de prévenir ces deux pathologies.
  • Former le personnel infirmier des centres de soins avec lesquels nous travaillons, avec deux volets :
    – formation pratique, basée sur l’utilisation du matériel de dépistage (glucomètre et tensiomètre) ainsi que sur le déroulement d’une matinée de dépistage,
    – formation théorique, avec un approfondissement des connaissances scientifiques et médicales sur le diabète de type 2 et l’hypertension artérielle.
  • Faire un don de matériel médical de dépistage dans les centres de soins avec lesquels nous travaillons.
  • La formation, ainsi que le don de matériel de dépistage, sont dans le but ultime de pérenniser le projet que nous réalisons chaque année, pour que les centres de soins deviennent autonomes et puissent réaliser le dépistage tout au long de l’année pour les personnes à risque de développer une de ces maladies cardiovasculaires.
  • Améliorer les conditions d’accueil et de travail du personnel médical au sein des CSPS.
    En effet, les volets rénovations & don de matériel médical de première nécessité (lits, potences, chariot roulant de bloc opératoire, matériel de petite chirurgie, boîtes d’accouchement…) améliorent la qualité des infrastructures médicales rurales, dans ces centres qui ont souvent des difficultés financières et matérielles. Malgré des demandes d’aide auprès de l’Etat, celles-ci mettent du temps à être traitées, et les centres continuent de fonctionner et prodiguer des soins dans de mauvaises conditions.
  • Apprendre, échanger, découvrir, critiquer.
    Nous sommes des étudiants en pharmacie français, et bénéficions d’un système de soins basé sur la solidarité nationale (sécurité sociale). Les hôpitaux et cliniques français sont très bien aménagés et équipés. Chaque français peut bénéficier de soins « gratuits », et a facilement accès à une consultation médicale.

Le Ministère de la Santé œuvre beaucoup pour la santé publique, avec des campagnes de sensibilisation et prévention de certaines maladies.

Au Burkina Faso, les soins ne sont pas gratuits. Il y a beaucoup de difficultés d’approvisionnement en traitements et dispositifs médicaux, et le Ministère de la santé fait peu de sensibilisation et prévention des maladies non transmissibles comme le diabète ou l’hypertension.

Ce projet permet aux étudiants français et burkinabés de se rendre compte des inégalités d’accès aux soins entre les deux pays, les différences de fonctionnement des systèmes de santé.
Cela ouvre nos esprits critiques, nous invite à échanger et donner nos avis sur un monde inégalitaire.

Liens du projet :